Auteur/autrice : Tcherno Alassane Bah

L’engouement autour du fitaro est palpable cette année, et pourrait presque nous faire oublier la pandémie du Coronavirus. Ne faites pas semblant, c’est comme lorsqu’un « Baraka Den » achète un nouveau 4×4, ça circule partout sur Snap, IMO ou encore WhatsApp… En ce moment, il est question du fitaro. A notre agréable surprise, beaucoup agitent des billets verts sur les réseaux sociaux en chantant les louanges de leur marigui[1] « capables ». [1] Le terme marigui est utilisé en Diakhanké pour désigner les cousins du côté maternel, de manière générale ce sont les enfants d’un Bayin (oncle maternel qui est soit un frère ou un cousin proche de la mère).…

En savoir plus